ArjoHuntleigh Products Patient Transfer Solutions Sara Combilizer Tilted Seated Vented Patient

La mobilisation précoce a été identifiée comme une intervention positive et bénéfique à l’amélioration des fonctions physiques du patient et à la réduction significative de son séjour à l’hôpital.

L’immobilité et l’alitement dans les unités de soins aigus peuvent entraîner un affaiblissement et une baisse des capacités fonctionnelles ayant des conséquences sur la qualité de vie du patient ainsi que son rétablissement. (Morris 2007, Truong 2009, Herridge 2003, Titsworth 2012)

En moins de 24 heures, de nombreuses fonctions vitales peuvent être endommagées de façon irréversible à cause de l’immobilité. Les fonctions vitales touchées peuvent avoir des répercussions sur le système respiratoire et cardiovasculaire, les fonctions rénales, le métabolisme ainsi que des impacts cutanés et musculosquelettiques. En soins intensifs, la force musculaire des patients peut décroître jusqu’à 20 % après une semaine d’alitement avec une perte supplémentaire de 18 % de la force restante chaque semaine suivante (Herridge). De plus, l’inactivité physique contribue fortement à l’affaiblissement et à la baisse des capacités fonctionnelles du patient. (Herridge 2003)

Il a été démontré que la mobilisation précoce pratiquée dès les premiers jours d’hospitalisation en soins aigus était sans danger, réalisable et bénéfique, entraînant une amélioration des capacités fonctionnelles, de la qualité de vie du patient et l’amélioration des conditions d’hospitalisation des patients placés sous ventilation mécanique par rapport à des soins standards. (Brahmbatt 2010)


La mobilisation précoce des patients en unité de soins intensifs est réalisée afin :

  • d’améliorer la fonction respiratoire ;
  • de réduire les effets indésirables liés à l’immobilité ;
  • d’augmenter le niveau de conscience ;
  • de développer l’indépendance fonctionnelle ;
  • d’améliorer la remise en forme cardiovasculaire ;
  • d’accroître le bien-être psychologique ;
  • de réduire le risque d’altération des fonctions mentales (délires) (Stiller 2003).

La mobilisation des patients ventilés mécaniquement en unité de soins intensifs en position assise ou debout hors du lit s’est révélée réalisable et sûre. Plusieurs études ont démontré des résultats concluants assortis de faibles taux de complications sérieuses. *

Les recommandations de la « European Respiratory Society » et de la « European Society of Intensive Care Medicine » (ESICM) établissent que la mise en place d’un programme quotidien structuré de rééducation en unité de soins aigus est importante dans le cadre de l’amélioration du processus de rétablissement du patient. Des critères d’exclusion stricts devraient être évités et le patient devrait être évalué globalement. La mobilisation précoce devrait être réalisée selon une approche d’équipe dédiée et un protocole patient individualisé. (Truong 2009, Hopkins 2010, Garzon-Serrano 2011)

La position redressée
Les avantages physiques majeurs de mettre debout le patient ventilé en unité de soins intensifs ont été identifiés dans l’amélioration de la fonction respiratoire ainsi que l’augmentation de la force musculosquelettique. Tout en maintenant le patient ventilé en position debout à l’aide d’un dispositif spécifique, les kinésithérapeutes peuvent travailler avec le patient, favorisant les exercices de rééducation fonctionnelle des membres inférieurs, les étirements passifs et l’équilibre ; ce qui favorise la progression vers la mobilisation active. (Chang et al 2004a)

La verticalisation d’un patient placé sous ventilation mécanique améliore la fonction respiratoire, augmente le niveau de conscience et réduit les risques d’accident cardiovasculaire. (Hoste 2005, Zhu Chang 2004b, Gosselink 2008) Une équipe spécialisée en Médecine d’urgence à la clinique de Cologne a réalisé une étude à l’aide du Sara Combilizer (dispositif d’assistance polyvalent) montrant les bénéfices et les résultats très positifs de placer le patient en position verticale (station debout). Les patients étaient relevés en position debout (inclinaison de 60 degrés) et ils ont gardé cette position pendant deux heures. Avec pour résultat une nette amélioration de la fonction respiratoire et l’augmentation du niveau de conscience du patient. (Dueck 2010)

L’assise en position inclinée est une alternative
L’utilisation d’un dispositif de positionnement où le degré d’inclinaison peut être modifié pour répondre aux besoins du patient représente un avantage important pour les patients très faibles. (Dean et al 2008)

Pour les patients incapables de se lever, la position assise sur une chaise permet d’empêcher l’hypovolémie (Wenger 1982), de redistribuer la pression cutanée, de changer la longueur du muscle au repos, d’assister l’orientation, de charger les vertèbres afin de limiter la perte de calcium et de stimuler la nutrition du cartilage. (Hough 2001)

Réduction des coûts
Il a été prouvé que la mobilisation précoce des patients en unité de soins intensifs contribue à un niveau de mobilité plus élevé, permettant de réduire la durée du séjour en unité de soins aigus et à l’hôpital. (Schweickert 2009, Bassett 2012, McWilliams 2013)

Lord et. al. 2013 ont développé un modèle financier montrant que l’investissement dans un programme de réhabilitation précoce en unité de soins intensifs peut générer des économies nettes pour les hôpitaux. Ils démontrent que même dans les hypothèses les plus prudentes, le coût net de la mise en œuvre d’un programme de mobilisation précoce en unité de soins intensifs reste relativement modeste comparé aux améliorations importantes dans les résultats du patient.

*) Bailey 2007, Morris 2008, Bourdin 2010, Pohlman 2010, Leditschke 2012, Clark 2012, Winkelman 2012, Titsworth 2012, McWilliams 2011 et 2013, Korupolu 2010, Genc 2012