Des études ont montré que l'emploi d'équipements appropriés permettait de réduire considérablement les tensions musculosquelettiques et les risques de blessure.

Côté soignants, le risque de troubles musculosquelettiques augmente en cas d'effort soutenu, de manutention fréquente des patients, d'antécédents de troubles musculosquelettiques et de dispositifs de levage insuffisants. Le risque de lombalgie est proportionnel au nombre de tâches effectuées chaque jour dans le cadre de la manutention des patients. (Thomas 2009; Collins 2011)

Une étude des déclarations de trouble musculosquelettique et d'accident de travail réalisée sur sept ans (1997‐2003) a conclu que l'utilisation de lève-malades aurait pu permettre d'éviter 40 % des accidents dus au levage ou au transfert de patients. (Pompeii et al 2009)

Le levage manuel limité à 16 kg
Un article de Waters s'est penché sur l'équation de levage (NIOSH), un outil d'évaluation de l'ergonomie utilisé pour calculer la limite de poids recommandée pour les tâches de levage manuel à deux mains. L'équation révisée donne un poids maximum recommandé de 16 kg pour les tâches de manutention des patients. Ce poids sert de base à la plupart des recommandations en la matière. Des études ont montré que l'emploi d'équipements appropriés permettait de réduire considérablement les tensions musculosquelettiques et les risques de blessure. Les forces de poussée et de traction requises lors de l'utilisation d'un équipement de levage à pleine charge étaient en général acceptables pour 90 % de la population féminine. (Waters 2007; Rice 2009)

Baisse positive du rapport coûts/avantages d'un programme de manutention sécurisée
Plusieurs études ont mis en évidence une réduction importante et une baisse positive du rapport coûts/avantages lors de la mise en œuvre d'un programme de manutention sécurisée des patients, incluant notamment l'utilisation de dispositifs de levage et des formations adaptées. (Nelson  2008; Tomas 2009; Black 2011, Lilpscomb 2012)