Il a été cliniquement établi que les bains chauds apportaient de nombreux bienfaits, notamment un soulagement des douleurs, une amélioration de la mobilité, une diminution des symptômes des maladies de peau et une augmentation du bien-être psychologique.

Dès 1916, Radcliffe évoquait l'efficacité de bains d'eau chaude quotidiens dans le traitement des blessures de guerre tant physiques que psychologiques de 170 militaires au cours de la Première Guerre mondiale.

Une revue systématique de 29 essais contrôlés randomisés portant sur un total de 1 720 patients atteints de troubles rhumatologiques et musculosquelettiques a confirmé qu'une thérapie par bain d'eau chaude était associée à une réduction de la douleur et à une augmentation de la sensation de bien-être (Falagas, 2009). La stimulation thermique augmente la souplesse des tissus riches en collagène, et donc également l'amplitude des mouvements articulaires (Matz, 2003). Par ailleurs, il a été constaté que l'hyperthermie réduisait la viscosité du liquide synovial des articulations (Sukenik, 1997).

Une corrélation a également été établie entre des thérapies par bain d'eau chaude et des résultats positifs chez des patients souffrant d'affections dermatologiques (Matz, 2003). L'ajout d'émollients dans l'eau chaude dans le cadre du protocole de bain est vivement recommandée pour les résidents/patients à la peau sèche ou prurigineuse. Les bains d'eau chaude contribuent aussi à l'absorption cutanée des émollients appliqués après le bain.

La stimulation thermique entraîne la vasodilatation, améliore la circulation sanguine et réduit la pression artérielle, ce qui explique comment une contrainte thermique de courte durée peut permettre de soulager la douleur. De plus, l'application de chaleur à des fins d'hyperthermie peut avoir un effet à la fois immunosuppresseur et anti-inflammatoire (Matz, 2003).

En 2010, Petrofsky et al. ont réalisé une série d'études qui ont permis de montrer que l'élévation du flux sanguin dans la peau liée à une thérapie d'immersion dans de l'eau chaude était due en grande partie à l'hydratation de la peau, et non à la chaleur elle-même.

Hydrosound™ = traitement aux ultrasons
Certaines baignoires ArjoHuntleigh sont équipées d'une unité Hydrosound intégrée ; celle-ci fonctionne à basse fréquence (30 kHz) et consomme peu d'électricité (20-100 mW/cm2). À ces niveaux, les principaux effets du traitement aux ultrasons sont d'ordinaire mécaniques et piézoélectriques. Ils sont dus aux forces de cisaillement exercées par les microbulles stables lors de l'alternance entre ondes de pression élevées et faibles, générées par le transducteur à ultrasons (Peschen, 1997). Les particules et les impuretés sont retirées en douceur de la peau par la force mécanique découlant de l'implosion des microbulles.

L'utilisation des ultrasons en médecine dans une optique thérapeutique a été approuvée, est considérée comme sûre et se pratique depuis de nombreuses années (Miller, 2012).