ArjoHuntleigh Knowledge Mobility Gallery Emma Long

Cette résidente/patiente est incapable de réaliser seule les activités quotidiennes ou d'y contribuer activement.

Si des précautions spéciales ne sont pas prises, l'assistance peut entraîner un risque de surcharge physique pour le soignant. Il convient dès lors d'utiliser certains dispositifs pour supprimer ce risque. Cette résidente/patiente est incapable de participer activement aux mouvements.

Dans le cas d'Emma, on ne juge plus crucial de la stimuler pour contribuer à sa mobilité et à son activité. Dans certains cas, notamment pour les résidents/patients en stade terminal de cancer ou de maladie d'Alzheimer, il convient même d'éviter cette contribution active qui pourrait s'avérer indésirable. Un résident/patient qui choisirait de garder son énergie pour les visites et de rester passif pendant les procédures de soins serait cependant également classé dans ce groupe.

La promotion ou la stimulation de la mobilité et l'activation du résident/patient ne font plus partie des objectifs du programme de soins. La priorité est d'optimiser les soins et/ou de prévenir les complications associées à l'immobilité (par des soins cutanés appropriés, etc.). Emma est transférée à l'aide d'un équipement, un lève-malade à harnais par exemple.

L’objectif est d'éviter les complications associées à un alitement prolongé et d'assurer le meilleur confort possible.

Caractéristiques :

  • Quasiment grabataire, nécessite un fauteuil spécial pour s'asseoir.
  • Dépend toujours du personnel soignant.
  • Risque important de surcharge dynamique et statique pour le personnel si l'équipement approprié n'est pas utilisé.
  • La stimulation de la mobilité fonctionnelle n’est pas l'un des objectifs principaux.